Jour de spectacle...

Jouer une pièce de théâtre, c’est aussi toute une préparation…

La veille du spectacle, je m’assure de n’avoir rien oublié en ce qui concerne les accessoires, le dernier check…

Le samedi matin, 9h pétantes, l’équipe de montage ainsi que la régie se donnent rendez-vous à la salle de spectacle (en principe 5 personnes).

Mise en route par un petit café pour l’équipe, et déjà le responsable de l ‘éclairage, Pascal est en train de regarder de plus près ce que nous avons comme matériel lumière et son mis à  disposition et qui nous réserve très souvent de grosses surprises. Et moi, metteur en scène je me penche sur la configuration de la scène, qui hélas très souvent n’a même pas de coulisses, ni de rideau de fond de scène… Heureusement nous nous déplaçons avec des paravents, et parfois de grands morceaux de tissu noir pour faire office de pendrillions… Ce qui nous permet de faire des coulisses.

La matinée n’est pas de trop pour résoudre tous les petits problèmes. Une pause casse-croûte vers 12h30, reprise vers 14h, car l’ensemble de la troupe est convoquée vers 16h/17h. Nous faisons ensuite un filage technique du spectacle afin de prendre nos repères sur scène. Nous sommes huit comédiens dans la troupe et les loges sont pas toujours adaptées pour recevoir tant de monde et suspendre nos costumes de scène, il faut parfois improviser, s’entasser, déplacer miroirs ou portants…

Après on en rigole entre nous et ses petits désagréments font souvent les meilleurs souvenirs…

19h Une collation nous attend avant le spectacle…

20h Toute la troupe se prépare dans les loges et chacun notre tour nous scrutons vers la salle, car nous aimerions un peu de monde…

20h30 les trois coups!!! et le spectacle démarre… les premiers rires se font entendre dans la salle, nous allons tous, donner le maximum de nous mêmes.

22h fin du spectacle.

C’est toujours au final, une bonne journée, un peu de stress, mais quelle récompense d’entendre la réaction et les applaudissements du public.

Avant de se quitter, on se retrouve autour d’un pot et même en cette période, autour de la galette des rois…. ça sent la couronne pour certains…

Et dire que nous remettrons ça, prochainement. Quelle chance !!!

  • 0

Quel texte choisir ?

Pourquoi avoir choisi un texte de Jean-Paul Alègre?

Je suis tombé par hasard sur deux pièces, « Jeux de planches » et « Théâtrogrammes », et en les lisant, j’ai très vite été séduit par l’écriture de cet auteur, une écriture moderne et pleine d’humour.

Jean-Paul Alègre est un auteur à la « hauteur » (selon sa propre expression), joué par énormément de troupes de théâtre amateur et ces œuvres ont été traduites dans une vingtaine de langues, c’est dire le succès de cet auteur.

J’ai monté un spectacle après avoir choisi une vingtaine de saynètes dans les deux pièces et ma foi le résultat est assez intéressant, compte tenu des réactions du public.

En ce qui concerne la distribution des personnages, je la fais au fur et à mesure de mes lectures, je lis plusieurs fois la scène et je visualise les personnages… Je commence à bien connaitre les huit comédiens qui constituent la troupe « En Scène », et je les vois de suite incarner tel ou tel personnage… ou pas…

Ensuite arrive la mise en scène : je laisse une grande liberté de mouvement sur scène aux comédiens, je n’ai pas d’apriori ni de plan de mise en scène… Mais au bout de plusieurs répétitions, cela vient spontanément et naturellement, je me base la plupart du temps sur mon intuition…

  • 0

Bonne année 2016

Nous vous souhaitons à tous une bonne année 2016, pleine de projets motivants et dynamiques!

Toute la troupe vous retrouve :

à GER au foyer rural (FROG) le samedi 23 janvier 2016 à 20h30 pour « Jeux de Planches »
  • 0

La rentrée de la troupe

Après de bonnes vacances bien reposantes pour tout le monde même si le soleil a parfois manqué à l’appel, tout le monde a pris le chemin des répétitions.

Nous nous sommes retrouvés d’abord pour notre assemblée générale. Nous allons devoir être de suite à fond, car la première de notre nouveau spectacle aura lieu le 8 novembre à Tarbes au Théâtre des Nouveautés.

Nous présenterons notre nouveau spectacle, un vaudeville de  Didier Caron et Roland Marchisio « La monnaie de la pièce ». C’est une pièce très dynamique, avec beaucoup de rythme, des personnages un peu farfelus pour qui le mensonge est un mode de vie…

Nous avons déjà imaginé nos costumes, la scène se passant en Angleterre, on a pu se lâcher sur notre vision un peu kitch du style british !

Nous avons donc choisi ce jour où nous étions tous réunis pour nous montrer ces fameux costumes, et en profiter pour faire les photos  pour l’affiche du spectacle. Un bon moment de détente et de bonne humeur… Les séances photos, c’est toujours très drôle avec la troupe en scène !

Aller, quelques personnages en avant première, il en manque 2… Bientôt, promis !

La Compagnie En Scène

  • 0

Joyeux bon anniversaire !

Nous souhaitons aujourd’hui un excellent anniversaire à Ali et Pascal, qui l’un hier, l’autre aujourd’hui fêtaient tous les deux leurs tuit’ans! Ils nous ont fait une bonne surprise en venant à la répétition avec de quoi grignoter et trinquer… Après, tout le monde était un poil déconcentré, mais une occasion comme celle-ci ne se rate pas!

Bons pour rempiler pour une autre année!

  • 0

Pas évident tout d’abord d’imaginer jouer dans cette grande église… l’acoustique y est géniale pour la musique, mais quid de nos voix?

Le site est grandiose, et nous prenons petit à petit nos repères… Nous délocalisons la loge derrière la scène, comme ça moins de va et vient. Le problème reste la scène, en bois, très bruyante avec les chaussures, tant pis, nous ferons pieds nus! Nous organisons nos costumes, notre coin maquillage, et le décalage entre cette superbe nef et l’ambiance saltimbanque que nous y apportons est assez drôle!

Les lumières ne sont pas évidentes à mettre en place, car il fait jour et les vitraux projettent leurs couleurs sur la scène, nous attendrons qu’il fasse nuit pour les derniers réglages. En attendant, nous répétons en essayant nous approprier l’espace…

Je vais laisser un des comédiens vous expliquer comment il a vécu cette journée…

Samedi 8 mars 2014.

Cette date est inscrite depuis longtemps dans nos agendas. C’est celle de notre représentation à Trie-sur-Baïse de la pièce « Jeux de planches » de Jean-Paul Alègre.

Résidant depuis peu en Bigorre je commence par étudier la carte pour situer cette commune à une heure environ de mes Baronnies. Certes ce n’est pas le début d’une carrière internationale mais tout de même, l’hydrologue qui sommeille en moi ne manque pas de remarquer que nous quittons le bassin versant de l’Adour pour celui de la Garonne : ce n’est pas rien !

J’arrive en début d’après-midi à Trie sous le soleil.

Mon œil est attiré par quelques hangars du genre de ceux qui protègent les quais de gare.

J’apprendrai plus tard la place historique du commerce du porc à Trie dont ces hangars témoignent encore. Je pénètre dans l’église des Carmes, lieu de notre représentation. Sa fraicheur doit être une qualité en été mais ce jour là je regrette de ne pas jouer en plein air !

Je retrouve mes amis régisseurs, techniciens. Ces courageux sont là depuis l’aube. Ils se débattent dans les difficultés techniques et tentent depuis le matin de résoudre l’éternel problème de la quadrature du cercle : comment en n’ayant le droit de toucher qu’un minimum de projecteurs transformer l’éclairage d’une salle de concert en éclairage de théâtre. Pour que ce ne soit pas trop simple, ils ont adopté la langue de Shakespeare en usage à Trie.

Alors que les comédiens commencent à arriver, force est de constater qu’entre le son et la lumière, tout n’est pas encore parfait. Nous tentons malgré tout une générale. Mais entre la bande son qui part n’importe quand et les interruptions pour un nouveau réglage d’éclairage, la concentration se perd, le texte et le jeu avec. Ca ne ressemble guère à une générale mais nous appelleront cela quand même une générale, puisque c’est bien connu : une générale qui ne marche pas c’est bon signe. Tout s’annonce donc sous les meilleurs auspices.

Pour notre préparation psychologique, Claire, la triaise de notre troupe nous offre l’apéritif chez elle (vue magnifique sur les Pyrénées !). A l’invitation du Comité des fêtes de Trie nous nous rendons ensuite dans un sympathique restaurant à coté de la mairie. Les responsables et membres de ce Comité nous font profiter en même temps que d’excellents plats de leurs connaissances de Trie, de son histoire, de son festival. On passerait bien là, en bonne compagnie le reste de la soirée…

Retour à l’église. Est-ce l’heure tardive ou le début de la digestion ? Elle est glaciale. Les costumes que l’on porte pour la pièce s’accommodent mal de la température. On tente de ne pas se bloquer tandis que les premiers spectateurs prennent place. C’est l’heure (au quart d’heure près bien sûr) ! Nous y allons.

Et le miracle du théâtre se reproduit. Les comédiens s’évanouissent. Des personnages apparaissent. Ils ne semblent pas partager les soucis qui étaient ceux des comédiens. Ils en ont d’autres. Jean-Paul Allègre ne les a pas épargnés. Ils vivent leur vie en ayant pris possession de nos corps.

Et puis c’est le dernier mot, les saluts au public. Les applaudissements. Le public nous remercie. Se rend-il compte que sans lui le miracle n’aurait pas eu lieu ? Il ne sait pas que sans lui rien ne marchait !

La soirée se termine autour du verre de l’amitié offert par le comité des fêtes. C’est l’euphorie qui suit une représentation. Malheureusement il faut rentrer. Tout a une fin. Espérons que nous retournerons jouer à Trie notre prochaine pièce. Nous y avons maintenant des amis.

Eric

  • 0

Paul :

collection